Catégorie : Communiqués de presse

Campagne de communication LECLERC. L’USPO intervient auprès du Conseil supérieur de l’audiovisuel

Le 3 septembre 2018, l’USPO a sollicité le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour qu’il fasse cesser la diffusion télévisuelle des messages LECLERC.

L’USPO se mobilise contre les manœuvres de LECLERC. Les messages, diffusés sur plusieurs chaînes de télévision, et notamment M6, TF1, LCI et BFM TV, depuis le 24 août, soulignent « l’absurdité » de l’interdiction faite aux parapharmacies LECLERC de vendre des médicaments sans ordonnance et des autotests.

Par ce biais, Michel-Edouard LECLERC souhaite influencer l’opinion publique, au moment où ce dernier déclare sur Europe 1 vouloir vendre des autotests et des substituts nicotiniques mais également au moment où le projet de loi pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) est étudié à l’Assemblée nationale. […]

L’UNAPL impose une hausse des cotisations patronales aux pharmaciens

    Paris, le 1er août 2017   Au cours de l’année 2016, lors des débats parlementaires relatifs à la loi Travail, l’Union nationale des professions libérales (UNAPL) s’est mobilisée pour qu’une nouvelle cotisation obligatoire de 0,15% soit imposée aux professions libérales, et par conséquent aux pharmaciens d’officine. Cette taxe s’ajoutera à la contribution de […]

Lettre ouverte au Premier Ministre (vidéo)

Regardez la vidéo de 2.46 mn sur les attendus du décret “Conseils et prestations”

Lettre ouverte au Premier Ministre

Pharmacie d’officine : le décret « conseils et prestations » doit répondre aux nouveaux besoins des patients et des territoires

Le décret permettant aux pharmacies d’officine de proposer des « conseils et prestations destinés à favoriser l’amélioration ou le maintien de l’état de santé des personnes » doit être moderne, ambitieux et non un texte a minima.

Dans sa décision rendue en décembre 2017, le Conseil d’État a été clair : les conseils et prestations pourront être proposés en dehors du cadre conventionnel.

En phase avec la politique gouvernementale actuelle, ce décret permettrait à la profession de répondre aux attentes des patients, dans un contexte de vieillissement de la population, d’accroissement des pathologies chroniques, de renforcement de l’ambulatoire et de développement des outils numériques de santé.

La profession est prête pour répondre à ces défis de transformation du système de   santé et à apporter sa contribution à la nouvelle organisation des territoires. […]

La grande distribution n’est plus crédible pour demander la vente des médicaments en grande surface !

La grande distribution tente de relancer le débat sur la vente des médicaments en grande surface, en utilisant des arguments tout aussi réchauffés que démagogues.

Le scandale LACTALIS aurait dû calmer les ardeurs de Michel-Edouard Leclerc et de ses lobbyistes, pourtant, il n’en est rien. Malgré les failles de la grande distribution dans cette affaire, MEL s’obstine à vouloir demander sans vergogne la vente des médicaments dans ses supermarchés. Alors que ces commissions d’enquête parlementaire si n’ont pas rendu leurs conclusions, ce contre-feu n’échappe à personne.

La dispensation des médicaments en pharmacie d’officine dans un espace réglementé est indispensable pour sécuriser et accompagner les patients dans leur parcours de soins. Le médicament, même de prescription médicale facultative, ne sera jamais un produit de consommation comme les autres.

L’USPO a toujours défendu le parcours de soins pharmaceutique, le bon usage du médicament et s’élèvera, à nouveau, contre tous ceux qui banalisent les médicaments en faisant prendre des risques au patient. […]

Affaire Lactalis – Le point info de l’USPO

Le 15 mai 2018, l’Ordre et les syndicats représentatifs de la profession ont été auditionnés par la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis.

L’ampleur de l’affaire Lactalis a mis en lumière certains dysfonctionnements quant à la transmission d’informations aux pharmacies d’officine. L’USPO a notamment regretté l’absence de saisie officielle des syndicats par la DGCCRF et la multiplicité des messages en quelques jours.

Cependant, l’USPO a salué le travail de l’Ordre des pharmaciens et la fiabilité du DP dont les messages ont été adressés y compris le samedi et dimanche. La très grande majorité des officinaux a ainsi pu mettre en place immédiatement les mesures nécessaires, assurer la sécurité des nouveaux nés et renseigner efficacement les parents.

L’USPO a tenu à féliciter les pharmaciens qui ont massivement fait preuve de professionnalisme et d’efficacité. […]

UFC Que Choisir : une communication à charge et des conclusions contradictoires

Quelques jours avant la présentation de la loi sur les Entreprises « Loi Pacte », UFC Que Choisir publie une communication à charge contre les pharmacies d’officine, provenant d’un sondage daté de novembre 2017…Il n’y a pas de hasard !

C’est une manœuvre qui ne trompe personne et que dénonce l’USPO.

Il suffit de voir l’incohérence de cette communication qui à la fois :

  • alerte sur la sécurité et la qualité de la dispensation,
  • soutient une banalisation des médicaments en proposant leur vente en grandes surfaces.

Dans son étude, UFC Que Choisir note que 93% des pharmaciens ont informé les patients sur les posologies maximales du paracétamol mais dénigre pour autant toute la profession.

Sans entretenir et commenter des polémiques montées de toutes pièces, l’USPO souligne le sérieux et le professionnalisme de la grande majorité des pharmacies d’officine démontrés dans cette même étude.

L’USPO a une vision très claire : toujours améliorer la sécurité et la qualité du parcours de soins des patients.

  • Disparition des marques ombrelles multi-statuts et de la stratégie marketing associée qui englobait sous le même nom un médicament, un dispositif médical et un complément alimentaire.
  • Validation d’arbres décisionnels par les sociétés savantes permettant d’homogénéiser le conseil pharmaceutique dans les 22 000 officines en fonction des différentes pathologies. Ces outils doivent être intégrés dans nos logiciels.
  • Développement d’un parcours de soins sécurisé par le pharmacien d’officine et accessible à l’ensemble de la population, pris en charge par les complémentaires santé au premier euro, en opposition avec le parcours de consommation avancé dans cet article.
  • Inscription dans le dossier pharmaceutique, et demain dans le dossier médical partagé, des médicaments conseillés par le pharmacien d’officine pour une information complète sur l’historique du patient accessible à tous les professionnels de santé.
  • Possibilité pour les groupements et les structures d’achat de mieux négocier les prix des médicaments conseils dans toutes les pharmacies.

La dispensation de tous les médicaments uniquement dans les pharmacies d’officine est indispensable pour sécuriser et accompagner les patients dans leur parcours de soins.

La Ministre des Solidarités et de la Santé a encore affirmé le 22 mars 2018, lors du Colloque organisé par le Collectif bon usage du médicament, et en notre présence, que la sortie des médicaments du monopole n’était pas dans sa feuille de route.

Gilles BONNEFOND, Président de l’USPO

APGIS imposée aux pharmaciens ! L’USPO vous donne le choix !

Au début du mois de février, l’USPO avait appelé à préserver le dialogue social et à respecter le choix des officines, dont 88% ont renouvelé leur confiance à KLESIA pour les régimes de prévoyance et santé de leurs salariés.

Dans un objectif de simplification des démarches administratives des pharmacies et de leurs experts-comptables, l’USPO avait proposé que chaque assureur puisse collecter pour ses affiliés la contribution pour le développement du paritarisme et le financement de la négociation collective (FNDP). […]

Carine WOLF, Présidente du CNOP lors des 10èmes Rencontres de l’USPO le 31 janvier 2018

“La nouvelle convention a des effets plus protecteurs sur la rémunération”

Le Moniteur des Pharmacies 31/01/18

Invité des 10èmes Rencontres de l’USPO, le 31 janvier, le directeur général de l’Assurance maladie, Nicolas Revel, a défendu la nouvelle convention pharmaceutique dont il est signataire et mise en place pour trois ans à partir du 1er janvier 2018. Selon lui, cette nouvelle convention a des effets plus protecteurs sur la rémunération des pharmaciens que la réforme précédente qui a fait perdre au réseau 175 millions d’euros en 2017 et 635 millions d’euros sur 3 ans. « Il n’y a plus de perte quand on projette le nouveau modèle », affirme-t-il, tout en affichant ses ambitions à faire vivre ce texte dans l’avenir. […]