Catégorie : Pratique Officine

Réforme de la formation professionnelle : L’USPO et la FHP se mobilisent pour l’OPCO Santé

Le 31 décembre 2018, dans le cadre de la loi « Avenir Professionnel » les vingt organismes paritaires collecteurs (OPCA), qui collectaient jusqu’à présent les fonds de la formation professionnelle vont disparaître pour permettre l’émergence de onze opérateurs de compétences (OPCO). Dans ce contexte, l’USPO (Union des Syndicats de Pharmaciens d’Officine) et la FHP (Fédération de l’Hospitalisation Privée) militent pour la réunion au sein d’un OPCO Santé de toutes les branches concernées par la santé quelque soient les modalités d’exercice.

La réforme de la formation professionnelle vise, dans un environnement économique et social en mutation, à faire des OPCO des opérateurs au service des nouveaux besoins en compétence pour les entreprises et salariés. Ils assureront le financement des contrats d’apprentissage et de professionnalisation, aideront les branches professionnelles à anticiper les mutations technologiques et sociétales et leurs implications sur la formation et la sécurisation des parcours de salariés.
Alors qu’aujourd’hui, il revient aux branches professionnelles de choisir leur nouvel organisme, des voix dissonantes continuent à se faire entendre dans le secteur de la santé. Si certains préconisent naturellement un rattachement à l’OPCO de la santé, d’autres sont favorables à une affiliation à l’OPCO des services de proximité et de l’artisanat.

Il s’agit d’un choix important qui définira les orientations à venir pour la formation, l’apprentissage et l’évolution du métier. Les nouveaux opérateurs doivent permettre de décloisonner les professions, de partager les informations, de renforcer la coordination dans les territoires de santé entre professionnels mais également avec les établissements de santé, et ainsi de répondre à la nouvelle organisation des soins et aux nouvelles attentes des patients.

Face à ces enjeux, l’USPO et la FHP rappellent que le choix de l’OCPO doit être guidé par la cohérence des métiers et des compétences, et non par des considérations éloignées des problématiques de santé. Elles estiment que l’OPCO de la santé, structuré autour de métiers et de compétences complémentaires, permet une meilleure prise en compte des spécificités de leurs activités et offre une plus grande compatibilité avec les enjeux de la stratégie nationale du « Plan santé 2022 ».

La FHP a déjà eu l’occasion de se mobiliser publiquement en faveur d’un OPCO de la santé aux côtés de six autres fédérations professionnelles de la santé et du médico-social.

Lamine Gharbi, Président de la FHP
Gilles Bonnefond, Président de l’USPO

A propos de l’USPO

Créée en 2001, l’USPO est un jeune syndicat déterminé à défendre la profession et à moderniser le syndicalisme. Implantée dans l’ensemble des régions, l’audience de l’USPO s’établit à 43%, suite aux dernières élections professionnelles de décembre 2015.
L’USPO s’est mobilisée depuis sa création pour défendre la pharmacie et les pharmaciens d’officine. De nombreux combats ont été gagnés par l’USPO, comme l’amélioration de la marge sur les conditionnements trimestriels, la simplification des remises génériques, le maintien du monopole pharmaceutique, les nouvelles missions du pharmacien dans l’accompagnement des patients. Plus récemment, l’USPO a signé avec l’Assurance maladie obligatoire et complémentaire une nouvelle convention pharmaceutique qui permet une réelle évolution de l’économie et du métier de l’officine.

Notre stratégie est de proposer, d’innover et d’anticiper les évolutions de notre métier pour mieux répondre aux défis de santé en impliquant et valorisant les compétences du réseau des pharmaciens d’officine.
L’USPO, une autre vision du syndicalisme.

www.uspo.fr

Contact presse : Bénédicte Bertholom
uspo@uspo.fr 01 46 47 20 80

A propos de la FHP

La Fédération de l’Hospitalisation privée (FHP) regroupe 1.000 hôpitaux et cliniques privés qui assurent chaque année la prise en charge de 8,5 millions de patients. Environ 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) travaillent dans les établissements de santé privés et 40.000 médecins y exercent. Les hôpitaux et cliniques privés prennent en charge :
• 57% des interventions chirurgicales
• près de 68 % de la chirurgie ambulatoire
• 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgences
• Un accouchement sur quatre
• Près d’un tiers (32,5) des soins de suite et de réadaptation
• Plus de 17% des hospitalisations psychiatriques
• 20% de l’activité d’Hospitalisation à domicile (HAD).

www.fhp.fr

Contact presse : Benjamin AZOGUI
Direction de la communication
benjamin.azogui@fhp.fr 01 53 83 56 88 / 06 27 20 18 49

Déploiement de la téléconsultation dans les pharmacies

A la suite de l’avenant n° 6 à la convention médicale sur la télémédecine signé le 12 juin 2018, l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam), la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) ont signé le 6 décembre 2018 un avenant (n° 15) à la convention nationale pharmaceutique qui précisent les conditions dans lesquelles les pharmaciens pourront contribuer à la réalisation d’actes de téléconsultation à partir de leur officine.

Les pharmaciens ont un rôle essentiel à jouer pour contribuer à la généralisation de la téléconsultation en s’appuyant sur le réseau officinal et la proximité d’accès qu’il offre à la population, afin de faciliter le recours à la téléconsultation, mise en place depuis le 15 septembre 2018.

L’avenant détermine les modalités de mise en œuvre de la téléconsultation en officine ainsi que le rôle d’accompagnement du pharmacien dans ce cadre. La prise en charge s’effectue dans le respect du parcours de soins. Le pharmacien devra, pour organiser des téléconsultations, disposer d’un espace permettant de préserver la confidentialité des échanges. Dans le cadre de la téléconsultation, il pourra à la demande du médecin transmettre des données complémentaires comme, par exemple, les valeurs tensionnelles.

Cette implication des pharmaciens dans le déploiement des téléconsultations fait l’objet d’une rémunération valorisant leur contribution à l’exercice coordonné entre professionnels de santé et à l’évolution des pratiques, conformément aux orientations de l’accord cadre interprofessionnel signé en octobre 2018. Une rémunération annuelle sera versée aux pharmaciens avec 2 volets : une participation forfaitaire de 1 225 € la 1ère année afin de permettre au pharmacien de s’équiper en objets connectés utiles aux téléconsultations (comme le stéthoscope connecté, l’otoscope connecté, l’oxymètre, le tensiomètre…), puis de 350 € les années suivantes. Elle prévoit également une participation forfaitaire au temps passé en fonction du nombre de téléconsultations réalisées (entre 200 et 400€ par an).

Le déploiement des téléconsultations en officine fera l’objet d’un suivi, particulièrement dans les zones sous denses dans lesquelles la télémédecine peut jouer un rôle majeur pour faciliter l’accès aux soins, et, le cas échéant, les modalités pourront évoluer.

À propos de l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam)

Instance créée par la loi de réforme de l’Assurance Maladie d’août 2004, l’Uncam regroupe les différents régimes d’assurance maladie. Elle a pour mission de conduire la politique conventionnelle, définir le champ des prestations admises au remboursement et de fixer le taux de prise en charge des soins. Elle est dirigée par Nicolas Revel, directeur général de la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam).

Le Conseil de l’Uncam, composé de douze membres et présidé par M. William Gardey, président du Conseil de la Cnam, délibère sur les orientations de l’Uncam dans les domaines de sa compétence et sur les participations financières demandées aux assurés, ainsi que sur les avis concernant les projets de loi et de textes réglementaires qui lui sont soumis.

Communiqué de presse de la CNAM du 06/12/18 : 2018 12 06 Assurance Maladie – CP Avenant 15 Télémédecine

Avenant télémédecine signé le 06/12/18 : 2018 12 06 Avenant 15 TLM_Vsignée Télémédecine

La téléconsultation en officine une nouvelle mission pour les pharmacies dès 2019

Prévue par l’avenant conventionnel n°11, la téléconsultation est désormais précisée dans l’avenant n°15, signé le 6 décembre 2018 par l’Assurance maladie, l’USPO et la FSPF.

Cette avancée conventionnelle apporte une solution concrète aux personnes âgées et aux personnes fragiles qui peuvent rencontrer des difficultés d’accès aux soins. Elle permet à ces patients d’accéder à leur médecin ou à l’hôpital par l’intermédiaire de l’équipement de la pharmacie de proximité, limitant ainsi leur déplacement. […]

Les téléconsultations devront être réalisées dans le respect du parcours de soins coordonné du patient avec un médecin traitant ou un médecin connu du patient. En leur absence, la téléconsultation sera mise en œuvre dans le cadre d’une organisation territoriale coordonnée (communauté professionnelle de territoire de santé ou équipe de soins primaires).

Toutes les pharmacies pourront proposer une téléconsultation. Elles devront disposer d’un espace de confidentialité et de différents équipements comme une visioconférence, un stéthoscope connecté, un otoscope connecté, un oxymètre et un tensiomètre.

L’Assurance maladie indemnisera à hauteur de 1 125 euros la première année et 350 euros les années suivantes une partie des frais engendrés par la téléconsultation.
Une participation forfaitaire de 200 à 400 euros pour le temps passé est également prévue.

Cet avenant est l’aboutissement de plus de cinq années de travail de l’USPO auprès des pouvoirs publics et de l’Assurance maladie afin que la pharmacie soit reconnue comme un lieu privilégié permettant d’assurer une consultation à distance dans des conditions de sécurité et de confiance.

Par ailleurs, l’Assurance maladie et les syndicats de pharmaciens se réuniront le 12 décembre 2018 pour travailler sur le nouvel avenant relatif à la chimiothérapie et arbitrer plusieurs points clés à la demande de l’USPO :

  • la simplification de la déclaration des équipements de télémise à jour des Cartes Vitale,
  • le paiement de l’indemnité relative à la messagerie sécurisée sans qu’elle ne soit liée à la certification par la HAS du logiciel d’aide à la dispensation, cette disposition n’étant plus opérationnelle,
  • la participation des étudiants à la CPN, à l’instar des représentants des étudiants en médecins.

L’avenant conventionnel n°11, signé par l’USPO en juillet 2017, a permis ces rapides avancées et permet à la profession de relever le défi du plan Santé 2022.

Par jugement du 25 septembre 2018

« Par jugement du 25 septembre 2018, le tribunal de grande instance de Paris a rappelé qu’en vertu d’une convention relative à la collecte de la contribution au développement du paritarisme et au financement de la négociation collective dans la branche de la pharmacie d’officine signée le 19 février 2018 par le président et le vice-président du FNDP dûment mandatés par une délibération adoptée le même jour en conseil d’administration à la majorité, les partenaires sociaux de la branche de la pharmacie d’officine ont mandaté à titre exclusif l’APGIS pour collecter auprès des entreprises ou entités relevant de la convention collective nationale de la pharmacie d’officine la contribution pour le développement du paritarisme et le financement de la négociation collective. Dès lors, la cotisation appelée en vertu de l’article 5 de l’accord collectif national du 3 décembre 1997 doit être réglée par les assujettis sur appel de l’APGIS dans les conditions fixées par la convention du 19 février 2018 ».

La réforme de l’officine : Bilan après 9 mois de réforme

Cliquez sur ICI pour lire la suite

KLESIA propose trois nouvelles surcomplémentaires pour les salariés de l’officine

Le saviez-vous? KLESIA propose trois nouvelles surcomplémentaires pour les salariés de l’officine…

Retrait de spécialités à base de Valsartan et Valsartan/hydrochlorothiazide – L’USPO a demandé une simplification

Dans le cadre du rappel de lot de spécialités à base de Valsartan, le pharmacien est autorisé, en accord avec la CNAM à renouveler de façon anticipée dans le même mois une autre spécialité qui n’est pas concernée par le retrait de lots (autres génériques ou princeps) afin d’assurer la continuité des soins pour les patients et éviter toute interruption du traitement.

L’ensemble des caisses sont averties de ce dispositif exceptionnel. […]

Plusieurs cas,

  • Avec l’ordonnance du patient : délivrance et facturation d’une quantité inférieure ou équivalente à la boite retirée du marché et facturée précédemment au patient.
  • Pas d’ordonnance du patient : le pharmacien peut contacter le pharmacien habituel du patient pour avoir une copie de l’ordonnance.
  • Pas d’ordonnance, ni contact avec le pharmacien habituel : après vérification du DP, le pharmacien établie une feuille cerfa payante que le patient joindra avec le duplicata de son ordonnance.
  • Pas d’ordonnance, pas de pharmacien habituel, pas de DP : consultation du médecin

L’USPO a demandé à ce que le message du numéro vert à destination des patients soit modifié en ce sens.

Si des ruptures de stock de Valsartan venaient impacter la continuité des soins nous envisageons avec les autorités de santé, les caisses et les médecins de permettre aux pharmaciens de délivrer un traitement équivalent après accord du prescripteur.

Augmentation de l’indemnité d’astreinte de 150 à 175 euros – application au 14 juin 2018

L’avenant n°11, signée entre l’USPO et la CNAM, prévoit l’augmentation de l’indemnité d’astreinte de 150 à 175 euros.

L’USPO a interrogé la CNAM depuis plusieurs semaines et vient d’obtenir confirmation de la date d’application : le nouveau montant de l’indemnité d’astreinte prend effet dès la nuit du 14 au 15 juin 2018.
Cette modification est sans impact sur le fonctionnement de PGarde. Les pharmaciens n’utilisant pas le service PGarde bénéficieront également de cette revalorisation.
L’Assurance maladie s’est engagée à maintenir le service PGarde opérationnel pendant le paramétrage de ce nouveau tarif. Une interruption momentanée d’un ou deux jours maximum pourrait néanmoins être nécessaire mais cette mise à jour n’impactera pas les délais de paiement.

L’indemnité d’astreinte augmentera de 175 à 190 euros à une date déjà fixée par l’avenant n°11 : le 1er janvier 2019.

Préparation à base de mélatonine (rappel réglementaire)

Dans une recommandation destinée aux prescripteurs et aux pharmaciens, l’ANSM rappelle  que la réalisation de préparations à base de mélatonine doit être réservée aux patients ne pouvant recevoir la spécialité Circadin dans le cadre de son Autorisation de mise sur le marché (AMM) ou de la recommandation temporaire d’utilisation (RTU). 

 

PRÉPARATIONS HOSPITALIÈRES, MAGISTRALES ET OFFICINALES – ANSM

Affiches et flyers de l’Assurance Maladie pour informer les patients sur les entretiens pharmaceutiques

L’Assurance maladie met à la disposition des pharmacies d’officine un FLYER  et une AFFICHE visant à informer les patients des entretiens pharmaceutiques et bilans partagés de médication réalisés à l’officine.

N’hésitez pas à utiliser ces supports pour en parler à vos patients.

Vous recevrez également une version papier par l’Assurance maladie. 

 

AFFICHE

FLYER