Protocole d’accord : attention à une réforme en trompe-l’oeil

 

L’USPO  a signé ce protocole avec de grandes réserves mettant l’accent sur le changement de rémunération inadapté et en alertant tous les pharmaciens de ce jeu de dupes.La FSPF  a signé le protocole d’accord du 9 janvier en  séance de négociations en déclarant : « la FSPF et l’Assurance maladie partagent la même vision des étapes du changement, considèrent que le dispositif est équilibré et qu’il permet de se protéger dans l’avenir ».

Alors que Gilles Bonnefond, président de l’USPO, a déclaré que les paramètres de la nouvelle marge sont une « hypothèse de travail » (communiqué de presse de l’USPO du 10/01/2014) et a adressé une lettre à l’UNCAM dans ce sens, Philippe Gaertner, président de la FSPF, « annonce qu’ils sont définitifs » dans Le Moniteur des pharmacies du 18 janvier 2014.
Ces propos montrent que ce syndicat, parce qu’il est majoritaire, veut faire « cavalier seul » dans ces négociations sans dialogue avec les autres syndicats,  et sans prendre l’avis des pharmaciens  qui sont largement défavorables à cette proposition. 

Pour l’USPO ce protocole ne doit pas rester en l’état !

Cette signature permet à l’USPO de garder sa capacité à la fois de contester et de négocier. Ce protocole peut être amélioré et doit être plus favorable aux pharmaciens !

En signant ce protocole, l’USPO reste très mobilisée pour défendre la politique du développement du générique et obtenir un plafond de remise sur les génériques le plus élevé possible.

L’USPO reste aussi présente pour améliorer la proposition de nouvelle rémunération en faisant prendre moins de risque à la profession.
Les simulations montrent que le 1 euro d’honoraires aura des effets délétères sur l’économie officinale en concentrant l’augmentation de marge sur les médicaments dont le prix est inférieur à 1,81 euro et en baissant la marge de tous les autres médicaments (graphique dans document à télécharger).

Les résultats de l’enquête flash lancée par l’USPO sur son site Internet révèlent que les pharmaciens sont très largement opposés à cet honoraire  de 1 euro par boite.

Télécharger la communication de l'USPO avec le graphique et les résultats de l'enquête

Regarder la vidéo de Gilles Bonnefond et participer à l'enquête

Publication 17 février 2014 par USPO