Négociations conventionnelles : étape décisive mercredi

Après plusieurs semaines de réunions, les négociations conventionnelles touchent à leur but.

Le 5 avril prochain, nous serons en mesure de déterminer si les conditions d’un accord sont réunies pour engager la profession pour les cinq prochaines années.

La position de l’USPO est claire et constante : la réforme de notre rémunération et de notre métier devra être ambitieuse et profiter à tous les pharmaciens d’officine.

La convention pharmaceutique doit renforcer notre rôle de professionnel de santé de proximité sur l’ensemble des territoires.

Au fil des négociations, l’Assurance maladie a su réviser sa position, prenant en compte les propositions des syndicats. Cependant, des modifications importantes sont encore nécessaires.

  • L’évolution sur trois ans de la marge réglementée vers des honoraires à la dispensation devra débuter au 1er janvier 2018. Les patients fragiles, chroniques, les personnes âgées, le minimum de perception à l’ordonnance et les médicaments à dispensation particulière devront être privilégiés pour valoriser l’acte pharmaceutique.
  • La réussite de cette réforme repose sur un financement conséquent de l’Assurance maladie dès la première année et un engagement clair par un contrat pluriannuel permettant de neutraliser les baisses de prix et volumes que la profession ne peut plus supporter. Votre mobilisation du 26 janvier dernier a été décisive et a permis des avancées, des changements de position indispensables pour poursuivre la négociation. Les nouvelles missions ne doivent pas être financées par les économies engendrées sur l’évolution de notre marge. Au contraire, elles doivent être un élément de croissance pour embaucher et rémunérer nos équipes.
  • Les entretiens pharmaceutiques seront plus fluides et leur paiement facilité et accéléré.
  • L’Assurance maladie doit soutenir l’intervention des pharmacies d’officine dans la prévention et le dépistage (sevrage tabagique, cancer colorectal, TROD…).
  • Les gardes et astreintes, effectuées 365 jours par an par les pharmaciens d’officine, doivent être revalorisées.
  • Les indemnités relatives au coût du tiers payant doivent être réévaluées.

Les membres du Conseil d’administration de l’USPO se prononceront sur les conditions d’une éventuelle signature mardi 4 avril.

L’Assurance maladie sera-t-elle en mesure de répondre aux ambitions de la profession ?

Réponse mercredi 5 avril.

Publication 3 avril 2017 par USPO