Métiers de la santé : ce à quoi un vrai « Big Bang » devrait ressembler

L’Inspection générale des finances (IGF) a rendu un rapport sur les métiers de la santé. Qualifié de « Big Bang », il préconise de mettre en place plusieurs mesures pour développer la concurrence et mettre fin aux monopoles dans certaines professions médicales. Un rapport qui passe à côté de certains enjeux et mesures qu’il faudrait pourtant adopter.

Une interview croisée de Claude Le Pen, économiste, et de Guy-André Pelouze, chirurgien, parue sur Atlantico le 5 août 2014.

Extrait 

« Claude Le Pen : Il faut d’abord rappeler que l’essentiel (environ 80%) des dépenses de santé en France concerne des soins remboursés par l’assurance-maladie dont les tarifs sont réglementés par l’Etat. La concurrence entre prestataires de santé – qui existe- n’a donc aucun effet sur les prix fixés de manière uniforme par l’Etat. Et à un niveau plutôt bas par rapport ce qu’on observe à l’étranger. La France n’est pas un pays où les prix des biens de santé sont excessifs. La tradition en France est plutôt de réglementer les prix que de les laisser fluctuer au gré de la concurrence et si nous dépensons beaucoup pour notre santé c’est plus une question de volumes que de prix ! La cherté des biens de santé n’est pas notre problème ! Ce serait plutôt leur surconsommation ! Et il faut craindre que certaines mesures évoquées par l’IGF – par exemple la suppression des numerus clausus – n’aille pas dans le bon sens. »

Lire l’article complet

télécharger l’article en PDF

 

Publication 19 août 2014 par USPO