L’USPO est indignée et révoltée de l’image de la pharmacie d’officine véhiculée dans l’émission CAPITAL de M6 diffusée dimanche soir

Au cours de cette émission, CAPITAL a choisi de se focaliser sur 20 % de l’activité des pharmacies en occultant le cœur même du métier de pharmacien qui occupe 80 % de son activité et de ses équipes.

Alors que le titre était « Regardons derrière le comptoir » ils n’ont rien vu du tout !

  • Dans la présentation de différents reportages faire l’amalgame entre médicaments conseils, dispositifs médicaux et parapharmacie est très approximatif et trompeur.
  • Laisser croire que la grande distribution a des médicaments dans ces rayons est un  véritable parti pris sans parler d’une référence à une publicité contestable faite par un distributeur.
  • Comparer les revenus de l’entreprise aux revenus personnels relève d’une démarche partisane.

 

Nous rappelons un des points de notre programme : l’USPO souhaite que la pharmacie ne soit plus comparée au commerce de détail mais aux autres professionnels de santé ou aux autres professions libérales, il faut arrêter cette présentation caricaturale.

Mettre en exergue les méthodes d’une minorité de confrères qui plagient la grande distribution, c’est méconnaître et occulter le professionnel de santé, spécialiste du médicament qu’est le pharmacien au service de patients de plus en plus fragiles.

C’est méconnaître toute la réglementation qui permet à tous les français d’avoir une pharmacie d’officine à proximité de leur domicile, des pharmaciens disponibles et attentifs aux besoins de tous, très loin de la consommation et de ses dérives.

Nous aimerions montrer toutes les palettes de notre profession et comme il a été rappelé dans cette émission 93% des patients nous font confiance !

Cela gêne-t-il les projets et les affaires de certains qui voudraient banaliser le médicament ?

La répétition et l’orientation systématique des reportages et des pseudos enquêtes ne font aucun doute sur cet objectif de déstabilisation de notre profession.

L’USPO dénonce ces manœuvres et s’interroge sur leurs inspirateurs.

 

Gilles Bonnefond

Président de l’USPO

 

Publication 26 janvier 2016 par USPO