L’USPO demande que toute la profession dénonce l’avenant sur les honoraires à la boîte

L’USPO demande que toute la profession dénonce l’avenant sur les honoraires à la boîte et que  l’on démarre en urgence des négociations sur les honoraires à l’acte de dispensation.

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 a été adoptée le 1er décembre 2014.

Elle prévoit plus d’un milliard d’euros de baisses de prix sur les médicaments et s’inscrit dans un plan de 3,5 milliards d’euros d’économies  sur le médicament en trois ans.

Alors que l’avenant sur les honoraires, qui vient de paraître  au Journal officiel, engage la profession jusqu’en 2017, le seul syndicat signataire demande en toute contradiction la réouverture de négociations afin de compenser les baisses de prix des médicaments prévues par la LFSS pour 2015.

Pour le syndicat signataire, la nouvelle rémunération mise en place à compter du 1er janvier 2015 devait justement protéger des baisses de prix des médicaments. C’est raté.

L’USPO a alerté la profession sur ce mécanisme lors des négociations sur les honoraires à la boîte. Nous avons également mis en garde contre l’impact sur l’officine des économies prévues par lgouvernement entre 2015 et 2017. Or, l’avenant signé par ce seul syndicat engage la totalité de la profession sur cette même période. Les pharmaciens se retrouvent piégés durant trois ans dans une rémunération qui va mettre en péril l’économie officinale.

Pour pouvoir ouvrir de suite des négociations sans attendre trois ans, l’USPO appelle tous les pharmaciens à dénoncer l’avenant sur les honoraires. Les sondages et enquêtes ont montré que les pharmaciens  y sont majoritairement défavorables.

Pourquoi les pharmaciens n’ont jamais été consultés sur une reforme aussi importante ?

Tout doit être mis en œuvre pour négocier de véritables honoraires à l’ordonnance déconnectés des prix et des volumes dans le cadre d’un contrat pluriannuel avec l’État.

CP USPO 3 décembre 2014

 

Publication 3 décembre 2014 par USPO