Lucentis/Aventis : l’UFC-Que Choisir saisit les Pouvoirs publics

 

Le 10 avril 2014, l’UFC-Que Choisir « presse aujourd’hui le gouvernement de publier sans délai le décret qui permettra aux autorités sanitaires d’enfin autoriser un traitement moins coûteux de la DMLA, l’Avastin ».

Il y a une semaine, l’association de consommateurs a déjà saisi l’Autorité de la Concurrence au sujet de « potentielles pratiques anti-concurrentielles des laboratoires Roche et Novartis ».

L’Autorité de la Concurrence a d’ailleurs fait savoir que ses services d’instruction avaient procédé le 8 avril dernier « à des opérations de visite et saisie inopinées auprès d’entreprises suspectées d’avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le secteur de la commercialisation des traitements anti-angioniques de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) exsudative ».

Pour l’UFC-Que Choisir, le monopole de Lucentis dans le traitement de la DMLA génère un surcoût d’au moins 300 millions d’euros par an.

L’association s’interroge sur la passivité des pouvoirs publics et des autorités sanitaires dans ce dossier et demande une enquête parlementaire.

A noter que le 4 avril, le Syndicat de la Médecine Générale (SMG) a adressé un lettre ouverte à François Hollande sur le même sujet. Le SMG réclame également la sortie du décret d’application de la loi du 17 décembre 2012 de financement de la Sécurité sociale pour 2013, relatif aux RTU pour raisons économiques, « qui aurait permis la reprise des traitements à base d’Avastin pour la DMLA ».

Lire le communiqué de presse de l’UFC-Que Choisir

Lire le communiqué de presse de l’Autorité de la Concurrence

Lire la lettre ouverte du SMG

Publication 10 avril 2014 par USPO