Les dangers du passage à 1€ au 1er janvier 2016

 Communiqué du 24/11/15

Les dangers du passage à 1€ au 1er janvier 2016

 L’USPO n’a jamais fait marche arrière, comme en témoigne son courrier du 13 janvier 2014 au Ministère de la Santé et à la CNAM* qui accompagnait la signature du protocole. L’USPO annonçait qu’elle ne signerait pas l’accord sur la rémunération en l’état et demandait de renégocier le volet sur la rémunération.

Nous alertons depuis 2 ans le Ministère sur les difficultés de cette rémunération :

  • aucune protection de la profession contre les baisses de prix, les déremboursements et les baisses de volumes,
  • affichage des prix trop complexe, flou législatif et juridique sur les médicaments délivrés sans prescription, incompréhension des patients, contrôles DGCCRF,
  • déstabilisation de notre économie due à la suppression de la vignette et des baisses de prix massives.

La FSPF, le Ministère, l’Assurance maladie connaissaient la position de l’USPO  dès le mois de janvier 2014, alors pourquoi la FSPF n’a pas directement signé seule l’honoraire à 1€ au mois de mai 2014 ? Rien ne l’en empêchait.

 Si la rémunération est si favorable, pourquoi tenir un discours aussi ambigu et parler sans cesse des autres syndicats au lieu de son action.

 La FSPF cherche des excuses alors que nous devons trouver des solutions.

 Le passage à 1€ et l’élargissement de la marge à 0% jusqu’à 1.91 € PFHT entraîne un transfert par une baisse mécanique de marge de 8 centimes par boîte pour les médicaments au-dessus de 1.81€ prix fabricant pour augmenter notre marge de 20 centimes sur le paracétamol, l’homéopathie et beaucoup de médicaments à 15 % comme les hypnotiques.

La mise sur le marché de boîtes de paracétamols grands modèles adaptées aux patients chroniques en France, comme dans d’autres pays européens, est un risque réel ; associée à la réforme de l’honoraire à la boîte, les conséquences pour les pharmaciens seraient désastreuses.

La publicité télévisée sur la forme et le conditionnement du paracétamol en boîte de 8 comprimés non remboursable est un signal évident.

Miser l’avenir de la profession uniquement sur le paracétamol et l’homéopathie serait une erreur irréparable.

 Au 1er janvier 2016, au dos de chaque ordonnance, sur chaque ticket de caisse, nos patients penseront que notre marge a augmenté de 25% (honoraire 2015: 0.82€  vs  honoraire 2016 : 1.02€). Ils ne croiront pas à nos difficultés.

La FSPF n’a prévu aucun filet de sécurité jusqu’à fin 2016 sauf un observatoire qui observe et qui ne peut rien décider.

L’USPO est favorable à l’intégration de l’honoraire de dispensation à la boîte dans le prix public du médicament, afin d’éviter toute confusion avec les patients et les associations de consommateurs.

L’USPO est défavorable à la délivrance à l’unité des antibiotiques qui est une humiliation pour notre profession.

L’USPO est défavorable à la proposition de la FSPF qui consisterait à récupérer le commerce des cigarettes électroniques en échange de la vente ailleurs qu’en pharmacie des  patchs nicotiniques (proposition FSPF le 10 septembre 2014 en plein combat contre le projet de loi Macron : la dépêche du midi 10/09/2014).

L’USPO est favorable à l’honoraire à l’ordonnance dans la convention pharmaceutique et à un contrat de 3 ans sur la marge des pharmaciens pour mettre en œuvre un mode de rémunération adaptée et lisible pour nos entreprises.

 L’USPO est favorable à la construction d’un projet commun avec tous les syndicats, garant d’une défense professionnelle efficace.

*(La lettre envoyée par l’USPO au Ministère est disponible sur le site www.uspo.fr)

Publication 24 novembre 2015 par USPO