Expériences internationales de suivi pharmaceutique des anticoagulants

Parmi les études scientifiques publiées en mars-avril 2015, trois portent sur l’extension de services aux patients sous anti coagulants :

En Belgique, des étudiants de six universités belges ont collecté des données de Drug-Related Problems (DRP) identifiés par des pharmaciens sur des traitements anti thrombotiques.

  • 79,1 % des DRP étaient détectés lors de la délivrance contre 20,8 % après
  • Les DRP portaient principalement sur le choix du médicament (interaction) ou un problème logistique
  • 80 % des DRP ont été suivis par une intervention du pharmacien
  • 90% ont été partiellement ou totalement résolus

Selon les auteurs de l’étude, « la plupart des DRP peuvent être résolus, démontrant la plus-value des pharmaciens d’officine en première ligne des professionnels de santé« . Source  ICI

Aux USA, une étude a évalué l’utilisation de la vidéo en complément du temps passé dans le conseil pharmaceutique (face à face pharmacien patient) et au regard de la compréhension de 40 patients en initiation ou reprise de traitement de warfarine.

L’utilisation de vidéo en complément de questions/réponses est efficiente uniquement pour les patients en reprise de traitement. Cela diminue le « temps pharmacien » sans réduire la compréhension du patient.

Pour les auteurs de l’étude, « les résultats démontrent que la vidéo fournit une méthode efficiente de conseil en anticoagulation dans la séquence achevant la compréhension » du patient. Source ICI

Aux USA (Texas), un service de surveillance téléphonique a été intégré dans quatre centres de santé ambulatoires avec une grande activité sur les antis coagulants, via un pharmacien clinicien formé dans chaque centre.

Le nombre de visites dans ces centres de santé a augmenté significativement (+16%) sans aucun impact sur les indicateurs de santé comme la valeur de l’INR ou le nombre d’hospitalisations. Source ICI

Trois autres études récemment publiées portent sur d’autres sujets.

En Ecosse, trois parcours de soins ont été comparés pendant six mois pour 116 patients avec une douleur chronique :

  • Avec une revue de médication et une prescription suivante effectuées par le pharmacien
  • Avec une revue de médication transmise au médecin prescripteur
  • Sans intervention spécifique du pharmacien au-delà de la dispensation (parcours actuel)

Le coût total moyen des parcours est respectivement de 452 livres, 570 livres (+26 %) et 668 livres (+48 %) avec des QALYS (indicateur intégrant la qualité de la vie) similaires sur les trois parcours. Selon les auteurs, une étude avec un échantillon plus grand s’avère nécessaire pour valider ces résultats. Source ICI

Aux Pays Bas, 294 médecins généralistes et pharmaciens dont des stagiaires des deux professions ont évalué leurs connaissances/capacités en pharmacologie et pharmacothérapie.

Les pharmaciens en exercice ont de meilleurs résultats que les généralistes. Les généralistes ont des résultats moins bons notamment en pharmacothérapie. Avec l’expérience, les résultats s’améliorent en pharmacologie (pharmaciens) mais diminuent en pharmacothérapie pour les deux professions. Les pharmaciens en exercice ont de meilleures connaissances que les stagiaires pharmaciens. Les généralistes en exercice ont de moins bonnes connaissances que les stagiaires médecins.

En conclusion, les auteurs de l’étude soulignent que pharmaciens et généralistes diffèrent dans leurs connaissances et capacités, et que ces différences deviennent plus prononcées avec l’expérience. Source ICI

Au Canada, une étude a mesuré l’acceptabilité des pharmaciens pour la prescription des contraceptifs.

80 % des pharmaciens indiquent leur volonté de prescrire les contraceptifs hormonaux. Les facteurs associés à l’acceptabilité sont l’utilisation d’un protocole pour accéder à l’historique de la patiente, la confiance dans la disponibilité de l’équipe officinale et l’acceptabilité du public, le nombre d’années d’expériences. Les pharmaciens demandent une formation dans l’analyse des protocoles et la définition des responsabilités avant mis en œuvre. Source ICI

Publication 15 mai 2015 par USPO