Etudes scientifiques : le rôle du pharmacien auprès des personnes âgées

Des parutions scientifiques sur le rôle du pharmacien d’officine sont fréquemment publiées.

En février 2015, plusieurs études portent sur les interventions des pharmaciens en faveur des personnes âgés, à domicile ou en sortie d’hospitalisation :

  • Au Portugal, des pharmaciens ont identifié des « drugs related problems » (DRP) de patients en HAD avec plus de 5 lignes par prescription. Une moyenne de 15 DRP par patient est identifiée : effet secondaire (49,51 %), médicament plus coûteux que nécessaire (19,11%), effet non optimal (14,82 %), médicament non nécessaire (6,16 %). La recommandation d’amélioration du traitement la plus coût efficace de l’échantillon de 31 patients permettrait une économie de 3 950 euros par an.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25637404

 

  • Les résultats des services à domicile par les pharmaciens sont décryptés par la collecte de données d’une étude mondiale reposant sur 5 447 patients et 1 890 pharmacies. Une majorité de pharmaciens (61,9 %) passe deux fois par mois pour 20,6 minutes de travail. On observe pour 29,8 % des patients une amélioration de l’adhésion au traitement et pour 65,5 % aucun changement. Pour 41,6% des patients, on constate  une diminution des médicaments inutilisés (pour 54,4 % aucun changement). Des effets indésirables ont été trouvés chez 14,4 % des patients dont 44,2 % avec arrêt de ce médicament, 24,5 % avec réduction du dosage et 18,3 % par changement de médicament avec un total d’approbation de 88,1 %. Un changement de la prescription pour résoudre le problème identifié a été effectué pour 37,1 % des patients. L’amélioration est plus forte quand il y a des visites plus fréquentes ou des temps de visite plus longs.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25759060

 

  • Aux Etats-Unis (Massachusetts), une évaluation porte sur la revue de médication pour les patients âgés. Les entretiens individuels permettent des recommandations de simplification du « régime quotidien de médicaments » et l’éducation sur le risque de chute suite à la prise de médicaments. Le nombre de patients prenant leur médicaments en trois fois ou moins a progressé, passant de 73% à 85 %, par rapport à ceux qui les prennent en plus de trois fois. La crainte de chute suite à la prise de médicaments est identifiée par 56 % des patients après les entretiens, contre 28 % avant les entretiens.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25760664

 

  • Aux Etats-Unis  (Pittsburg), un étude évalue l’impact des pharmaciens sur le taux de réadmission à 30 jours à l’hôpital. L’Intervention est d’abord téléphonique pour les patients de plus de 65 ans. Elle porte sur la réconciliation médicamenteuse, des instructions sur la sortie et la programmation d’un rendez-vous de suivi en face-à-face. Il y a 26,7 % de réadmission à 30 jours pour le groupe contrôle contre 14, 7 % pour le groupe interventions. La différence est significative pour les patients ayant eu un entretien en face-à- face versus ceux qui ont été suivis uniquement par téléphone.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25634012

 

  • Le NHS England a lancé en 2011 un service « New Medicines Service » (NMS). Celui-ci vise à améliorer l’adhésion aux traitements lors de l’initialisation en 3 phases : adhésion du patient, intervention et suivi. Dans une étude centrée sur l’expérience et la perception des pharmaciens, le bénéfice aux patients est perçu tout en soulignant quelques difficultés de mise en oeuvre. Le service nécessiterait une meilleure publicité. Son efficacité est limitée par le degré de collaboration avec les médecins généralistes et les infirmières, par leur manque de retours et de reconnaissance du rôle du pharmacien.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25712253

 

  • Une étude écrite en français décrit l’attitude des pharmaciens du Burkina Faso dans la dispensation des médicaments de l’asthme. La démonstration de l’aérosol doseur est effectuée pour 73,6 % des pharmaciens dont 6,7 % vérifient la bonne utilisation par le patient. La démonstration est uniquement verbale (68,8 %).

http://www.em-consulte.com/rmr/article/951851/

Publication 13 mars 2015 par USPO