Enquête Distilbène

 

L’USPO soutient une étude qui analysera les répercussions du Distilbène sur toutes les générations concernées par la prise de ce médicament : les mères, les enfants et les petits enfants.
Un nouveau scandale sanitaire lié aux effets indésirables de ce médicament pourrait s’ouvrir si on démontrait un éventuel sur-risque de cancer du sein chez « les filles du Distilbène ».
Les nombreux effets négatifs de ce médicament, prescrit en France entre 1948 et 1977 à 200 000 femmes contre les fausses couches, ont été constatés dans les 40 dernières années : cancer du vagin et du col de l’utérus, stérilité, fausses couches, accouchements prématurés, anomalies génitales.
L’étude « Santé publique : quelles conséquences du Distilbène », lancée par l’Association Réseau D.E.S. France en collaboration avec la Mutualité Française et financée par l’ANSM, vise à faire le
point sur la situation en France, afin de déterminer la meilleure prise en charge pour les patients concernés.
Il est très important qu’un très grand nombre de personnes participent à l’étude : les mères ayant pris du Distilbène pendant leurs grossesses, leurs enfants exposés in utero à ce médicament, mais aussi leurs petits-enfants et les témoins ayant vécu cette expérience de l’extérieur.
Vous pouvez surtout faire répondre au questionnaire anonyme directement en ligne :
Source : Les filles du Distilbène sont-elles plus exposées au cancer du sein ?, Communiqué de presse DES, Mutualité Française et ANSM, avril 2013.
Paris, le 25 Avril 2013
Publication 25 avril 2013 par USPO