Dernières statistiques sur la rémunération de l’officine

De janvier à octobre Unités Nombre d’ordonnances Nbre d’ordonnances de 5 lignes et + CA PPUB TTC avec honoraires Rémunération totale HT tous honoraires inclus Perte de marge
Evolution 2015/2014 -0,90% -0,49% -1,22% -1,57% -2,67% -122 350 291 €

(Source Pharmastat IMS Health)

Octobre 2015 : une perte de marge de 37 millions d’euros soit 1 730 euros par officine.
En 10 mois, la perte de marge s’élève à 122 millions d’euros soit 5 630 euros par officine.

La signature jusqu’en 2017 d’un avenant sur la rémunération, signé en mai 2014 entre la CNAM et le seul syndicat majoritaire, sans aucun accord sur la marge globale des pharmacies, doit être dénoncée au plus vite pour retrouver sa croissance.

La dégradation s’accélère au fur et à mesure des baisses de prix et de la maîtrise médicalisée prévues et connues depuis avril 2014 (pacte de stabilité européen : 3,5 milliards d’économies sur le médicament et 2,5 milliards de maitrise médicalisée sur 3 ans).
Ces données montrent à nouveau que cette réforme prévue en 2015 et pour toute l’année 2016 est inadaptée à l’économie de nos entreprises et doit être renégociée rapidement avec toute la profession.

Miser sur la rémunération à la boite et sur les ordonnances de 5 lignes visées par la maîtrise médicalisée est une erreur.
L’Assurance maladie est satisfaite du résultat, elle rémunère les pharmaciens sur les boîtes et sur les ordonnances de plus de 5 lignes et donne une prime aux médecins pour qu’ils prescrivent moins de boites et moins de lignes !

Au 1er janvier 2016, un transfert de marge entre les médicaments à haut risque.
En 2016, il est prévu que l’honoraire à la boîte passe de 0,80 à 1€, au détriment d’une marge à 0% élargie jusqu’à 1,91€ PFHT, entraînant une baisse de marge de 8 centimes par boîte pour les médicaments de prix fabricant HT supérieur à 1,81€, soit 89 % des références.

Cette étape est une valorisation en trompe l’œil.
Les pharmacies subiront la baisse de leur marge sur tous les traitements chroniques pour augmenter de 20 centimes la marge sur le paracétamol et l’homéopathie dont l’avenir ne parait pas stable.
Cette augmentation de l’honoraire sera visible par les patients sur le ticket Vitale ou lors de l’achat sans prescription alors que les baisses de marge sur les médicaments prescrits leur seront totalement invisibles.

CETTE POLITIQUE DU MOINS PIRE NOUS CONDUIT DROIT DANS LE MUR !

Communiqué USPO 30-11-2015 Statistiques Officines

Publication 30 novembre 2015 par USPO