Dernières parutions scientifiques sur les pharmaciens

Des parutions scientifiques sur le rôle du pharmacien d’officine sont fréquemment publiées. Les résultats sont très souvent à l’avantage des pharmaciens.

La base de données utilisée est celle de NCBI (à partir du mot clé « pharmacist »). L’USPO vous présente une sélection d’études. Pour chacune d’entre elles, le résumé de l’étude (en anglais) est accessible à partir du lien indiqué.

Interventions éducatives pour améliorer la prespription et la dispensation des antibiotiques (méta-analyse de 78 études internationales)

Les méthodes d’apprentissage hautement interactives sont les stratégies les plus efficaces : ateliers, groupes de discussion, sessions de formation individuelle, interventions à base de pratique, apprentissage à base de cas.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25511932

 

Capacité des patients à payer pour des modèles avancés de consultation pharmaceutique (Australie)

Visionnage de vidéos à des patients illustrant des services comprenant l’évaluation des symptômes et le renvoi vers le médecin généraliste si nécessaire.

Résultats : sur 175 réponses, 28 % des patients paieraient de tels services et 27 % envisageraient cette possibilité.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25596068

 

Impact de la e-prescription sur les contacts de clarification des pharmaciens avec les médecins (Canada)

Analyse de l’activité de 4 pharmacies sur une période de 17 à 19 semaines et interview des pharmaciens.

Résultats : la e-prescription réduit les contacts de clarification entre les pharmaciens et les médecins, qui sont nécessaires pour obtenir certaines informations : 1,33 % de contacts avec les prescriptions manuscrites, contre 0,66 % pour les e-prescriptions.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25595165

 

Coût efficacité de l’intégration des pharmaciens dans l’équipe de soins primaires pour réduire les  risques cardiovasculaires des patients ayant un diabète de type 2 (Canada)

Résutlats sur 123 patients : 3 heures d’interventions supplémentaires du pharmacien pour un coût de 158 euros par patient. Economie pour le payeur de 132 euros par an. Réduction du risque cardiovasculaire de 0,3 %. Avec une valorisation de 2 788 euros par point de réduction du risque, l’intervention est coût efficace.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25594919

 

Evaluation d’un programme de soins pharmaceutiques pour les patients âgés diabétiques et atteints d’hypertension (Brésil)

Suivi pendant 36 mois de deux groupes : l’un avec des soins pharmaceutiques ; le second sans soins.

Résultats : coûts additionnels pharmaceutiques de 69,60 dollars par patient. Pas d’accroissement de l’ensemble des coûts directs entre les deux populations, mais tous les paramètres cliniques ont progressé pour la population avec soins pharmaceutiques (pression diastolique et systolique, hémoglobine, LD cholesterol, évaluation du risque d’insuffisance coronarienne à 10 ans). L’utilisation d’une méthode d’évaluation en économie de la santé (coût efficacité incrémental par QUALY) suggère un ratio favorable de coût efficacité.

http://www.amcp.org/WorkArea/DownloadAsset.aspx?id=18907

 

Publication 23 janvier 2015 par USPO