Catégorie : Presse

Carine WOLF, Présidente du CNOP lors des 10èmes Rencontres de l’USPO le 31 janvier 2018




« Je pense qu’il y aura un avant et un après avenant n°11 » dans la rémunération des officines selon Nicolas Revel, Directeur général de la CNAMTS

Lors des 10èmes rencontres de l’USPO ce mercredi 31 janvier 2018, Nicolas Revel, Directeur général de la CNAMTS a défendu l’avenant n°11 à la convention pharmaceutique qui va changer en profondeur la rémunération des officinaux.

« Nous verrons d’ici quelques années si, comme je le pense, il y aura un avant et un après sur l’évolution de l’économie officinale. Au 1er janvier 2018, il n’y a plus de perte [de marge] quand on projette le modèle » prévu par l’avenant. « Je crois que nous avons abouti à un très bon avenant au sens où il apporte, je crois, des protections qui n’existaient pas jusqu’à présent ».

Pour Nicolas Revel, l’avenant n°11 est « infiniment plus protecteur que la situation d’avant« . « Ce qui a été signé et qui est entré en vigueur en 2015 […] a eu une contribution positive et a contribué, dans la limite des moyens alors en place, à freiner les choses et à plutôt stabiliser » l’économie officinale. […]







« La nouvelle convention a des effets plus protecteurs sur la rémunération »

Le Moniteur des Pharmacies 31/01/18

Invité des 10èmes Rencontres de l’USPO, le 31 janvier, le directeur général de l’Assurance maladie, Nicolas Revel, a défendu la nouvelle convention pharmaceutique dont il est signataire et mise en place pour trois ans à partir du 1er janvier 2018. Selon lui, cette nouvelle convention a des effets plus protecteurs sur la rémunération des pharmaciens que la réforme précédente qui a fait perdre au réseau 175 millions d’euros en 2017 et 635 millions d’euros sur 3 ans. « Il n’y a plus de perte quand on projette le nouveau modèle », affirme-t-il, tout en affichant ses ambitions à faire vivre ce texte dans l’avenir. […]







Médication officinale : pharmaciens et médecins sur la même longueur d’ondes

Le Moniteur des Pharmacies 31/01/18

Le développement d’une « médication officinale accompagnée » en coordination avec les médecins a fait consensus entre les différents intervenants (Leem, Ordre des pharmaciens, USPO, association de patients, groupements, médecins…) lors des 10èmes Rencontres de l’USPO, organisées ce mercredi 31 janvier. Formulant ses vœux pour 2018, ce syndicat souhaite la création d’un statut intermédiaire pour les médicaments classés en prescription médicale obligatoire (PMO) qui pourraient être dispensés par le pharmacien dans des conditions particulières de contrôle avec la création d’arbres décisionnels. Cette disposition permettrait, selon lui, de renforcer le bon usage de ces médicaments sans les éliminer de l’accès au conseil pharmaceutique.  […]







Rencontres de l’USPO : l’avenir de l’officine en question

Le Quotidien du Pharmacien – Marie Bonte| 31.01.2018

Les 10èmes Rencontres de l’USPO, qui se sont déroulées ce matin au ministère de la Santé, ont été l’occasion pour les différents acteurs de la profession de s’exprimer sur leurs visions de la pharmacie d’officine pour les trois prochaines années.  […]







L’USPO remet les pendules à l’heure sur les prix de la médication officinale

La communication de l’association familles rurales est accrocheuse mais très loin de la réalité !

Parler d’enquête alors que l’on fait un relevé dans 40 pharmacies sur les 22 000 et sur un échantillon de 11 médicaments alors que plus de 3 000 références sont concernées n’est pas sérieux et remet en question toute la crédibilité de cette communication.[…]







Top départ pour les bilans de médication!

Paris, le 22 novembre 2017 Mardi 21 novembre 2017, l’USPO et l’Assurance maladie, dans la continuité de l’avenant n°11 qui engage l’évolution du mode de rémunération et du métier de pharmacien d’officine, ont signé un premier accord relatif aux bilans de médication. Cet avenant n°12 est conforme aux recommandations de la Haute Autorité de Santé […]




L’UNAPL impose une hausse des cotisations patronales aux pharmaciens

    Paris, le 1er août 2017   Au cours de l’année 2016, lors des débats parlementaires relatifs à la loi Travail, l’Union nationale des professions libérales (UNAPL) s’est mobilisée pour qu’une nouvelle cotisation obligatoire de 0,15% soit imposée aux professions libérales, et par conséquent aux pharmaciens d’officine. Cette taxe s’ajoutera à la contribution de […]




L’USPO reçue par l’Elysée et Matignon à la veille d’une nouvelle réunion de négociation avec l’Assurance maladie

Le 4 juillet 2017, l’USPO a été reçue à l’Elysée, pendant plus d’une heure, par la conseillère santé et solidarités du Président de la République, le conseiller protection sociale et santé auprès du Premier ministre et le conseiller technique santé auprès du Premier ministre.

Confrontés à une baisse de marge diminuant deux fois plus vite que leur chiffre d’affaires, les pharmaciens attendent une réelle évolution de la convention pharmaceutique.

Aussi, l’USPO a insisté sur l’urgence de la situation et l’importance d’une réforme conventionnelle ambitieuse sécurisée par une enveloppe financière pluriannuelle.

Sans contrat avec l’Etat et l’Assurance maladie, les conditions ne seront pas réunies pour soumettre ces évolutions à nos confrères.
….







« Le temps presse ! »

L’USPO et la FSPF reçus par la Ministre Agnès Buzyn

Les deux syndicats représentatifs de la pharmacie d’officine USPO et FSPF ont été reçus par la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn et son conseiller Jacques-Olivier Dauberton pendant une heure le 6 juin 2017 avec une écoute attentive et un échange constructif.

Le premier sujet abordé a été la future convention pharmaceutique soutenue par les deux syndicats avec l’objectif de conclure comme le prévoit le protocole d’accord sur la réforme du métier, la réforme du mode de rémunération et la sécurisation du Tiers Payant.
Nous avons confirmé notre volonté de participer à toutes les politiques de prévention, de dépistage et de travail en coordination avec les autres professions de santé et l’Hôpital.
Une réforme d’une telle ampleur ne peut que se faire sur des bases solides sans remettre en question l’organisation de l’officine basée sur le monopole de dispensation, les règles démographiques et l’absence de capital extérieur.
……







DERNIÈRES ACTUALITES