Catégorie : Presse

Affaire Lactalis – Le point info de l’USPO

Le 15 mai 2018, l’Ordre et les syndicats représentatifs de la profession ont été auditionnés par la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis.

L’ampleur de l’affaire Lactalis a mis en lumière certains dysfonctionnements quant à la transmission d’informations aux pharmacies d’officine. L’USPO a notamment regretté l’absence de saisie officielle des syndicats par la DGCCRF et la multiplicité des messages en quelques jours.

Cependant, l’USPO a salué le travail de l’Ordre des pharmaciens et la fiabilité du DP dont les messages ont été adressés y compris le samedi et dimanche. La très grande majorité des officinaux a ainsi pu mettre en place immédiatement les mesures nécessaires, assurer la sécurité des nouveaux nés et renseigner efficacement les parents.

L’USPO a tenu à féliciter les pharmaciens qui ont massivement fait preuve de professionnalisme et d’efficacité. […]




UFC Que Choisir : une communication à charge et des conclusions contradictoires

Quelques jours avant la présentation de la loi sur les Entreprises « Loi Pacte », UFC Que Choisir publie une communication à charge contre les pharmacies d’officine, provenant d’un sondage daté de novembre 2017…Il n’y a pas de hasard !

C’est une manœuvre qui ne trompe personne et que dénonce l’USPO.

Il suffit de voir l’incohérence de cette communication qui à la fois :

  • alerte sur la sécurité et la qualité de la dispensation,
  • soutient une banalisation des médicaments en proposant leur vente en grandes surfaces.

Dans son étude, UFC Que Choisir note que 93% des pharmaciens ont informé les patients sur les posologies maximales du paracétamol mais dénigre pour autant toute la profession.

Sans entretenir et commenter des polémiques montées de toutes pièces, l’USPO souligne le sérieux et le professionnalisme de la grande majorité des pharmacies d’officine démontrés dans cette même étude.

L’USPO a une vision très claire : toujours améliorer la sécurité et la qualité du parcours de soins des patients.

  • Disparition des marques ombrelles multi-statuts et de la stratégie marketing associée qui englobait sous le même nom un médicament, un dispositif médical et un complément alimentaire.
  • Validation d’arbres décisionnels par les sociétés savantes permettant d’homogénéiser le conseil pharmaceutique dans les 22 000 officines en fonction des différentes pathologies. Ces outils doivent être intégrés dans nos logiciels.
  • Développement d’un parcours de soins sécurisé par le pharmacien d’officine et accessible à l’ensemble de la population, pris en charge par les complémentaires santé au premier euro, en opposition avec le parcours de consommation avancé dans cet article.
  • Inscription dans le dossier pharmaceutique, et demain dans le dossier médical partagé, des médicaments conseillés par le pharmacien d’officine pour une information complète sur l’historique du patient accessible à tous les professionnels de santé.
  • Possibilité pour les groupements et les structures d’achat de mieux négocier les prix des médicaments conseils dans toutes les pharmacies.

La dispensation de tous les médicaments uniquement dans les pharmacies d’officine est indispensable pour sécuriser et accompagner les patients dans leur parcours de soins.

La Ministre des Solidarités et de la Santé a encore affirmé le 22 mars 2018, lors du Colloque organisé par le Collectif bon usage du médicament, et en notre présence, que la sortie des médicaments du monopole n’était pas dans sa feuille de route.

Gilles BONNEFOND, Président de l’USPO







Pharmacie d’officine : la transition numérique

Le pharmacien d’officine est devenu l’un des pivots des soins de proximité. Le dernier accord
conventionnel consacre ce positionnement stratégique, notamment au niveau économique, avec
l’introduction de nouveaux honoraires. « Nous venons de signer une réforme majeure avec
l’assurance maladie, confirme Gilles Bonnefond, président de l’USPO. Nous serons essentiellement
rémunérés à l’acte de dispensation, et non plus à la marge commerciale. » Le métier, lui aussi,
va évoluer. « Le pharmacien ne sera plus uniquement un distributeur de boîtes de médicaments.

Ce sera un professionnel de santé, spécialisé dans l’accompagnement des patients âgés et chroniques,
qui travaillera en étroite collaboration avec les équipes de soins primaires et l’hôpital, dans
le cadre du virage ambulatoire », précise-t-il. [… ]







APGIS imposée aux pharmaciens ! L’USPO vous donne le choix !

Au début du mois de février, l’USPO avait appelé à préserver le dialogue social et à respecter le choix des officines, dont 88% ont renouvelé leur confiance à KLESIA pour les régimes de prévoyance et santé de leurs salariés.

Dans un objectif de simplification des démarches administratives des pharmacies et de leurs experts-comptables, l’USPO avait proposé que chaque assureur puisse collecter pour ses affiliés la contribution pour le développement du paritarisme et le financement de la négociation collective (FNDP). […]







Carine WOLF, Présidente du CNOP lors des 10èmes Rencontres de l’USPO le 31 janvier 2018







« Je pense qu’il y aura un avant et un après avenant n°11 » dans la rémunération des officines selon Nicolas Revel, Directeur général de la CNAMTS

Lors des 10èmes rencontres de l’USPO ce mercredi 31 janvier 2018, Nicolas Revel, Directeur général de la CNAMTS a défendu l’avenant n°11 à la convention pharmaceutique qui va changer en profondeur la rémunération des officinaux.

« Nous verrons d’ici quelques années si, comme je le pense, il y aura un avant et un après sur l’évolution de l’économie officinale. Au 1er janvier 2018, il n’y a plus de perte [de marge] quand on projette le modèle » prévu par l’avenant. « Je crois que nous avons abouti à un très bon avenant au sens où il apporte, je crois, des protections qui n’existaient pas jusqu’à présent ».

Pour Nicolas Revel, l’avenant n°11 est « infiniment plus protecteur que la situation d’avant« . « Ce qui a été signé et qui est entré en vigueur en 2015 […] a eu une contribution positive et a contribué, dans la limite des moyens alors en place, à freiner les choses et à plutôt stabiliser » l’économie officinale. […]







« La nouvelle convention a des effets plus protecteurs sur la rémunération »

Le Moniteur des Pharmacies 31/01/18

Invité des 10èmes Rencontres de l’USPO, le 31 janvier, le directeur général de l’Assurance maladie, Nicolas Revel, a défendu la nouvelle convention pharmaceutique dont il est signataire et mise en place pour trois ans à partir du 1er janvier 2018. Selon lui, cette nouvelle convention a des effets plus protecteurs sur la rémunération des pharmaciens que la réforme précédente qui a fait perdre au réseau 175 millions d’euros en 2017 et 635 millions d’euros sur 3 ans. « Il n’y a plus de perte quand on projette le nouveau modèle », affirme-t-il, tout en affichant ses ambitions à faire vivre ce texte dans l’avenir. […]







Médication officinale : pharmaciens et médecins sur la même longueur d’ondes

Le Moniteur des Pharmacies 31/01/18

Le développement d’une « médication officinale accompagnée » en coordination avec les médecins a fait consensus entre les différents intervenants (Leem, Ordre des pharmaciens, USPO, association de patients, groupements, médecins…) lors des 10èmes Rencontres de l’USPO, organisées ce mercredi 31 janvier. Formulant ses vœux pour 2018, ce syndicat souhaite la création d’un statut intermédiaire pour les médicaments classés en prescription médicale obligatoire (PMO) qui pourraient être dispensés par le pharmacien dans des conditions particulières de contrôle avec la création d’arbres décisionnels. Cette disposition permettrait, selon lui, de renforcer le bon usage de ces médicaments sans les éliminer de l’accès au conseil pharmaceutique.  […]







Rencontres de l’USPO : l’avenir de l’officine en question

Le Quotidien du Pharmacien – Marie Bonte| 31.01.2018

Les 10èmes Rencontres de l’USPO, qui se sont déroulées ce matin au ministère de la Santé, ont été l’occasion pour les différents acteurs de la profession de s’exprimer sur leurs visions de la pharmacie d’officine pour les trois prochaines années.  […]







L’USPO remet les pendules à l’heure sur les prix de la médication officinale

La communication de l’association familles rurales est accrocheuse mais très loin de la réalité !

Parler d’enquête alors que l’on fait un relevé dans 40 pharmacies sur les 22 000 et sur un échantillon de 11 médicaments alors que plus de 3 000 références sont concernées n’est pas sérieux et remet en question toute la crédibilité de cette communication.[…]