Autorité de la concurrence : la réaction de l’USPO

L’Autorité  de la concurrence s’obstine sur l’ouverture du monopole des médicaments mais pointe le problème des officines qui ne peuvent pas négocier leurs conditions d’achat.  

Dans son avis rendu public ce matin, l’Autorité de la concurrence demeure favorable à la vente des médicaments d’automédication et de produits « frontières » en parapharmacie ou en grande surface.

Pour autant, elle préconise « d’encadrer la commercialisation par des règles strictes, qui garantissent la qualité et la sécurité de la vente du médicament, et notamment la présence d’un pharmacien diplômé, la création d’un espace de vente dédié et l’obligation de la délivrance d’un conseil ».

L’USPO dénonce cette proposition en « trompe l’œil ».

Cela revient à créer des pharmacies supplémentaires au sein de supermarchés et d’hypermarchés, alors que les pouvoirs publics demandent une optimisation du réseau officinal. Quel serait l’intérêt de telles créations et concentrations dans des lieux destinés à la consommation au détriment d’officines de proximité permettant un accès aux soins de premier recours sécurisé avec en outre le dossier pharmaceutique ?

Lire la suite du communiqué de presse 

Publication 9 janvier 2014 par USPO