Abandon de la mention manuscrite pour les pilules de 3 et 4ème génération

Au chapitre de la simplification, Marisol Touraine a annoncé l’abandon des mentions manuscrites pour la prescription des pilules de 3e et 4e génération. L’Agence nationale du médicament (ANSM) avait imposé au médecin prescripteur, en cas de prescription d’une pilule de 3e ou de 4e génération, de confirmer par écrit à la main qu’il avait vérifié que l’état de santé de sa patiente était compatible avec ce type de contraceptifs oraux.

Publication 2 avril 2013 par USPO