Bienvenue sur le site de l'Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine (USPO)

L’USPO demande la tenue d’une réunion interministérielle

Logo 690 - 405 Carroussel USPO Natio

L'USPO demande la tenue d'une réunion interministérielle ...lire la suite ICI

Buprénorphine, reconnaissance des pharmaciens dans leur investissement en addictologie

Schild 104 - Drogentherapie

Entretiens pharmaceutiques, le choix de la buprénorphine

E-learning validant le DPC

Moniteur 4

E-learning validant le DPC, cliquez ICI

ACTUALITE

La Ministre de la Santé devra dire ce qu’elle veut faire avec les pharmaciens

23 juin 2016

L’USPO propose une nouvelle rencontre le 29 juin avec les représentants de la profession.

« Le manifeste pour sensibiliser le Gouvernement, les élus et nos patients est en cours de validation par l’ensemble de la profession. Pour être efficace, l’union est nécessaire. Je sens que cette unité se concrétise »

Le manifeste comporte dix propositions pour l’avenir de la profession.
« La Ministre de la Santé devra dire ce qu’elle veut faire avec les pharmaciens. La profession a besoin d’un pacte de confiance avec une enveloppe économique et des règles claires »

ACTUALITE

L’USPO appelle au rassemblement et à la mobilisation

16 juin 2016

Les représentants de la profession se sont retrouvés hier au siège de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) qui avait lancé cet appel au rassemblement.

Un appel auquel la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a répondu présent, tout comme l’Ordre des pharmaciens représenté par les section A (titulaires) et E (pharmaciens d’outre-mer) et les étudiants en pharmacie. Mais aussi les groupements par l’intermédiaire de la chambre syndicale des groupements et enseignes de pharmacies Federgy, le Collectif national des groupements de pharmaciens d’officine (CNGPO) et l’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO). Également conviée, l’Union nationale des pharmacies de France (UNPF) s’est excusée de ne pas avoir pu se rendre à la réunion.

C’est une profession unie qui a décidé de faire front face à la dégradation économique qui s’accélère en 2016, la poursuite vraisemblable des baisses de prix, et l’absence de perspective proposée par les pouvoirs publics.

« Notre profession est écartée et méprisée », lance le président de l’USPO, Gilles Bonnefond.

Dans ce contexte, les participants ont donc décidé de se mobiliser.

Dans un premier temps, un document sera adressé au gouvernement, mais aussi aux élus locaux pour les alerter que la pharmacie est en danger.

Dans un second temps, la profession compte se réunir à nouveau afin de mettre en place un plan d’actions d’ici à la rentrée.

« On alerte et on monte en puissance si c’est nécessaire », explique Gilles Bonnefond.

Source Le Quotidien du Pharmacien du 16/06/16

ACTUALITE

L’USPO demande la tenue d’une réunion interministérielle

10 juin 2016

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), négociations de la nouvelle convention avec l’assurance maladie, élection présidentielle de 2017….La réunion du comité de liaison du 8 juin a été électrique entre les Syndicats de pharmaciens et les trois directions du Ministère de la Santé (DGSS, DSS et DGOS). L’indifférence du Ministère de la Santé est insoutenable face à la dégradation économique des officines qui s’accélère.

L’USPO demande la tenue d’une réunion interministérielle
avant les discussions sur la préparation du PLFSS 2017 pour évoquer l’avenir du métier,le réseau et l’évolution de la rémunération ;

L’USPO invite les représentants
des Syndicats de l’officine, du Conseil d’Ordre, des Étudiants et des Groupements
à une concertation avant début juillet, pour faire un point sur l’ensemble des dossiers, préparer ce PLFSS et débattre ensemble de la stratégie à adopter.

La colère monte et l’inertie politique est devenue insoutenable.
Si la profession n’est pas entendue par les pouvoirs publics, « il faudra qu’elle se mobilise ».

ACTUALITE

Pourquoi les pharmacies doivent se transformer

31 mai 2016

Une officine ferme en France tous les deux jours. Le pharmacien doit se tourner vers les services, en assumant de nouvelles missions.

Activité hybride, située entre le secteur de la santé et celui du commerce, l’officine de pharmacie est un acteur de santé de proximité incontournable. Pourtant, sa place dans un système de santé durablement transformé, non seulement par le numérique mais encore par l’évolution des pratiques et de nouvelles approches thérapeutiques, est aujourd’hui remise en question, y compris en France. Si elle sait évoluer, la pharmacie pourra pourtant être la clef de voûte de la santé de demain.

A l’heure où les nouvelles technologies de l’information et de la communication déstabilisent une à une toutes les dimensions de l’économie et de la société, la pharmacie cumule aussi les difficultés des deux secteurs auxquels elle appartient : devant faire face à la remise en question des financements de la santé, à l’évolution des pathologies traitées et de la population servie, l’officine est en même temps soumise à la pression grandissante de nouveaux acteurs souhaitant mettre à profit les outils numériques pour court-circuiter le commerce des produits de santé à leur profit. Dans ce contexte difficile, l’équilibre économique des pharmacies est gravement menacé : une officine ferme en France tous les deux jours. La moyenne d’âge de nos pharmaciens dépasse désormais cinquante ans….

Olivier Badeau Le 30/05 Les Echos

ACTUALITE

Pourquoi les pharmacies ferment ? Les nouvelles missions du pharmacien

27 mai 2016

Retrouvez le reportage diffusé sur le le JT de 13 Heures du vendredi 27 mai 2016 sur France 2

Visionnez le reportage ICI, amenez le curseur à 17mn

ACTUALITE

Développer la confiance dans l’utilisation des médicaments biosimilaires

26 mai 2016

Mercredi 8 juin à partir de 17h30
Maison des Polytechniciens, 12 rue de Poitiers, Paris 7ème

Où en est-on de l’utilisation des bio similaires en Europe ?
L’utilisation des biosimilaires en pratique, partage d’expériences.
Comment installer la confiance dans ces nouveaux médicaments ?

Grand témoin, Professeur Jean-François Bergman, Chef de service médicine interne Hôpital Lariboisières, Professeur de Thérapeutique à Paris Diderot

Invitation Biosimilaires 8 juin 2016 à 17h30 Paris

S’inscrire ICI

ACTUALITE

L’IGAS et l’IGF interrogent les pharmaciens sur l’évolution du réseau

26 mai 2016

Juqu’au vendredi 27 mai, les titulaires d’officine sont invités par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’inspection générale des finances (IGF) à participer de manière anonyme à une consultation d’envergure nationale.

Cette enquête en ligne a pour objectif de fournir des données à la mission sur la régulation du réseau officinal menée par les deux services interministériels.

En cinq minutes et quinze questions, vous pouvez faire part des des difficultés  rencontrées au cours

  • d’un regroupement,
  • d’un transfert
  • ou encore d’une cession d’officine.
  • Il est également possible de faire part de suggestions pour simplifier la conduite de ces opérations
ACTUALITE

Biosimilaires et dispostifs médicaux, l’USPO demande la substitution ou l’interchangeabilité par les pharmaciens d’officine

29 avril 2016

Au moment où l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) doit publier un avis sur la politique des bio similaires,

l’USPO dénonce les manœuvres qui consistent à exclure le pharmacien d’officine de la substitution de ces médicaments.

  • L’USPO demande la création d’un répertoire des bio similaires pour dispenser ces médicaments en toute sécurité pour les patients.
  • L’USPO réclame la mise en place d’un groupe de travail avec les médecins et pharmaciens exerçant en ville et à l’hôpital, les associations de patients, le Ministère de la santé, l’ANSM, le Comité économique des produits de santé (CEPS) et l’Assurance maladie pour construire une politique cohérente autour des médicaments biologiques.

L’interchangeabilité doit être effectuée par le médecin ou le pharmacien dans des conditions de sécurité maximales pour le patient avec une traçabilité de la molécule prescrite et dispensée, afin d’en suivre les effets en vie réelle et d’en assurer la surveillance de pharmacovigilance.

L’USPO rappelle que cette interchangeabilité doit être associée à un échange d’informations renforcé entre médecin, pharmacien, établissement de santé et patient pour améliorer l’adhésion au traitement.

 

Pour les dispositifs médicaux inscrits à la liste des produits et prestations (LPP),

l’USPO demande une base légale autorisant les pharmaciens d’officine à changer un dispositif par un dispositif équivalent, à l’instar des confrères hospitaliers ou des infirmiers en EHPAD.

Les pharmaciens sont les spécialistes du médicament et des dispositifs médicaux. Ils demandent le respect de leurs connaissances et de leurs diplômes.

Les pharmaciens sont proches des patients, travaillent avec les médecins et les infirmiers sur le même territoire et partagent de plus en plus les informations par messagerie sécurisée.

 

Nous demandons au Ministère de la santé de nous associer à une politique de développement des bio similaires et des dispositifs médicaux garantissant une plus grande sécurité pour les patients.

Gilles Bonnefond

Président de l’USPO

ACTUALITE

Rémunération à l’ordonnance : cinq enseignements internationaux pour une réforme réussie en France

31 mars 2016

« Le mode de rémunération ne doit pas placer le pharmacien en situation de conflit d’intérêts tant avec le patient qu’avec les objectifs de santé publique. (…) A cet égard, le paiement à l’ordonnance paraît plus approprié » estimait l’IGAS en 2011 dans un rapport dédié à la profession.

Alors qu’en France un mode de rémunération à la boîte a été choisi par nos pouvoirs publics, la marge à l’ordonnance s’organise déjà au Québec et en Angleterre. Plus proche de chez nous, en Belgique, l’accroissement significatif des rémunérations forfaitaires s’est mis en place par contractualisation avec l’Etat.

La rémunération à l’ordonnance doit coexister avec une marge règlementée liée aux prix des médicaments ou à la boîte.

Les nouveaux modes de rémunération des pharmaciens ne se substituent pas totalement à une marge liée au prix du médicament. Les paramètres en Grande-Bretagne (0, 90£ soit 1,28€ pour chaque produit prescrit jusqu’à 100 euros, puis 2% du prix d’achat au-delà) ou en Belgique (notamment 6,04 % du PFHT pour les médicaments < 60 euro) sont inférieurs à ceux en France.

ACTUALITE

TVA sur les astreintes, l’USPO gagne une première étape et demande une clarification définitive

22 mars 2016

Au cours de l’année 2015, une pharmacienne d’officine, soumise à un contrôle fiscal, s’est vue condamnée à payer une lourde amende. Le contrôleur considérait que les astreintes (150 euros) devaient être assujetties à une TVA de 20%.

L’USPO s’est mobilisée pour contester cette décision auprès de l’administration fiscale. Nous avons contacté à plusieurs reprises la CNAM, les Ministères concernés et l’Elysée, appelant au respect de la règle d’exonération de TVA pour cette obligation de service public des officines. Suite à cette mobilisation, l’administration fiscale a annulé l’amende infligée à notre consœur. L’USPO se félicite de cette décision mais ne s’arrête pas là.

Soucieuse de défendre l’intérêt de l’ensemble des pharmacies, l’USPO a demandé à l’administration fiscale de clarifier ce point et a déposé en ce sens un rescrit fiscal.

En juin 2015, l’USPO avait rédigé une circulaire à l’attention de ses adhérents pour rappeler les différentes prestations soumises ou non à TVA, ainsi que les taux applicables.

Consciente de la complexité de ce sujet et des interrogations des pharmaciens sur la ventilation de la TVA et les paramétrages des logiciels, l’USPO a choisi de rendre cette information accessible à tous, via son site internet www.uspo.fr.

Après s’être opposée aux pratiques de certains laboratoires pharmaceutiques dans l’affaire des marques ombrelles, puis à la grande distribution lors de la diffusion d’un message télévisuel non conforme, l’USPO est satisfaite de ce nouveau succès qui maintient l’exonération de la TVA pour les indemnités d’astreintes et défend la rémunération de la pharmacie.

Ces combats menés par l’USPO sur tous les fronts sont autant de victoires pour la profession ; pour autant, nous restons mobilisés et mettons tout en œuvre pour relancer immédiatement le débat sur la rémunération des pharmacies, totalement inadaptée à l’évolution de notre métier.

Grâce à votre soutien, nous pourrons continuer à défendre vos intérêts et permettre l’évolution de notre profession.

Merci à tous pour votre confiance.

Gilles Bonnefond
Président de l’USPO

2016-03-22- TVA

ACTUALITE

La défense du monopole : une victoire pour la profession et l’USPO

18 mars 2016

En octobre 2015, l’USPO assignait le Groupement d’Achat des Centres E. Leclerc (GALEC) et la chaîne de télévision M6 en référé, suite à la diffusion d’un message publicitaire stigmatisant l’interdiction faite aux « pharmaciens Leclerc » de vendre des médicaments.

Le jour même où le Tribunal de Grande Instance de Paris acceptait notre requête, la publicité Leclerc n’était plus diffusée.

L’USPO a également signifié ses arguments au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) afin d’attirer son attention sur le non-respect de la réglementation sur la publicité.

Dans un courrier daté du 3 mars dernier, le Directeur général du CSA a donné raison à l’USPO. Il a précisé que « bien qu’il ait pour effet d’offrir indirectement une certaine visibilité aux parapharmacies E. Leclerc, l’objectif principal du message était de promouvoir des idées et d’alerter l’opinion publique sur une interdiction législative en vue de défendre des intérêts particuliers (….) ce message ne répond pas à la définition de la publicité et ne peut être diffusé au sein des écrans publicitaires ».

Le CSA a mis en garde les chaînes de télévision contre la diffusion de ce spot bien connu et  non conforme aux règles publicitaires.

C’est une victoire pour notre profession et l’USPO se félicite de cette décision mais reste vigilante quant aux éventuelles manœuvres de la grande distribution. Si elle ne tenait pas compte de cet avis, nous serions obligés de l’assigner à nouveau en référé.

Toutes ces actions  efficaces entraînent des frais supplémentaires importants pour l’USPO.

Aussi, nous avons besoin de votre soutien en

  • Adhérant à l’USPO de votre région et agir pour la profession et son avenir,
  • Soutenant les actions de l’USPO pour la défense du monopole.

 

Document à retourner accompagné de votre soutien 2016-03-17- Communiqué USPO Leclerc

Très confraternellement,

ACTUALITE

Encadrement plus stricte des marques « ombrelles » : Une belle avancée obtenue par l’USPO

14 mars 2016

Courant janvier, Gilles Bonnefond avait alerté Marisol Touraine, ministre de la Santé au sujet des marques ombrelles, et demandé une réglementation beaucoup plus stricte sur les DM pour protéger le patient contre les risques de confusion. Le président de l’USPO recommandait aux confrères de ne pas cautionner cette politique des laboratoires.

En effet, les laboratoires exploitent la notoriété de leurs marques de médicaments grand public pour commercialiser sous une marque ombrelle des dispositifs médicaux (DM) de formulation différente, ce qui entraîne une double tromperie, d’une part par le taux de TVA qui passe de 10 à 20 %, mais qui surtout entraîne une confusion du patient, qui voit des DM sur les linéaires de la grande distribution, et pense acheter des médicaments. La commercialisation de DM est facilitée par la législation, mais quid de la sécurité ?

ACTUALITE

L’USPO veut inscrire « substituable » sur l’ordonnance pour marquer la confiance du médecin prescripteur envers le pharmacien

3 mars 2016

Dans le cadre du Plan Générique, l’USPO propose Comité de Pilotage du Générique d’indiquer la  mention  « Tous les médicaments prescrits sur cette ordonnance peuvent être substitués par votre pharmacien. »

Ce message est plus positif que la mention « non substituable ». « Il marque la confiance du médecin prescripteur envers le pharmacien et la reconnaissance du travail du pharmacien dans sa mission du bon usage du médicament. Nous cherchons les mots pour exprimer la phrase la plus adaptée possible et, dès qu’elle sera validée, elle sera présentée au Ministère. D’ailleurs, certains hôpitaux inscrivent déjà cette mention sur leurs prescriptions destinées à la sortie hospitalière ».

ACTUALITE

Convention Almerys / USPO

1 mars 2016

Les points clés de l’accord conventionnel :

la volonté  d’une convention négociée en opposition au conventionnement individuel

la garantie de paiement

l’aide à la télétransmission

le TP3G pour la médication officinale et les services d’accompagnement du patient

le contexte du tiers-payant généralisé et des nouvelles technologies

 

ACTUALITE

Mieux comprendre le métier du pharmacien

5 février 2016

La pharmacie vous pensez bien la connaître et pourtant…

Savez vous que la pharmacie
est une profession réglementée ?

Cela signifie que la profession a des devoirs mais aussi des droits.
Par exemple savez vous que les pharmaciens assurent un service de garde pour une accessibilité aux soins de jour comme de nuit 365 jours par an.
Cela vous assure également un professionnel de santé sans rendez-­vous, à moins de 10 minutes de chez vous,
partout sur le territoire, même dans les endroits les plus reculés.
La profession réglementée c’est aussi de nombreux autres services que plus personne ne remarque comme par exemple l’avance des frais de santé.

Découvrez ou redécouvrez avec humour certains aspects de la pharmacie en vidéos.

Merci de votre attention et bonne visite !!

ACTUALITE

Accompagnement des diabétiques : efficience démontrée par les pharmaciens

5 février 2016

« L’apport des pharmaciens dans l’accompagnement des patients diabétiques est démontré par la revue de la littérature scientifique : résultats significatifs sur l’indicateur de référence (taux d’hémoglobine glyquée), la détection des risques liés aux médicaments, l’observance, la réduction des hospitalisations, la détection des hauts risques (patients avec un mauvais contrôle), le risque cardio vasculaire et les économies générées.

L’Assurance Maladie sollicite régulièrement les pharmaciens d’officine pour effectuer la promotion de son dispositif Sophia d’accompagnement des patients diabétiques. L’intégration des pharmaciens peut s’inscrire dans une nouvelle étape du programme Sophia, au regard des résultats peu concluants de plusieurs années de fonctionnement.

De nombreuses références d’évaluation permettent d’éclairer les débats, sur l’opportunité d’inclure les pharmaciens dans l’intérêt des patients diabétiques. L’inclusion des pharmaciens améliorerait la situation des patients.

ACTUALITE

Vérification de la qualité des génériques les plus vendus en officine par l’ANSM

18 janvier 2016

L’ANSM va mener une campagne de contrôle sur « une centaine de spécialités génériques qui seront comparées au princeps ».

ACTUALITE

Importance des pharmacies et des pharmaciens comme lieux et acteurs de référence et de proximité en matière de santé.

18 janvier 2016

Le 11 janvier 2016, l’Ordre national des pharmaciens, avec le soutien de l’ensemble de la profession, lance une nouvelle campagne pour sensibiliser le grand public à l’importance des pharmacies et des pharmaciens comme lieux et acteurs de référence et de proximité en matière de santé.

A travers une importante campagne d’affichage mais également un film diffusé sur Internet, cette communication nationale rappelle que le médicament n’est pas un produit comme les autres et qu’il est essentiel de différencier les pharmacies des autres réseaux de distribution.

Une affiche, une brochure et un film : On a tous une pharmacie dans sa vie

ACTUALITE

En 2016, un plan d’action pour la pharmacie !

4 janvier 2016

L’objectif de l’USPO est clair : construire un projet pour l’avenir de toutes les officines et nous demandons l’ouverture immédiate d’une négociation avec les pouvoirs publics.

Les vœux 2016 de l’USPO pour toute la profession sont exigeants et combatifs :

  • un véritable projet pour l’officine : un contrat avec l’Etat et l’Assurance maladie, un avenir et des perspectives pour nos jeunes consœurs et confrères,
  • une formation adaptée pour nos étudiants et préparateurs,
  • une reconnaissance de nos compétences et une rémunération adaptée,
  • une meilleure organisation de la sortie hospitalière avec le respect du choix du patient,
  • un tiers-payant simplifié avec une meilleure garantie et une baisse des délais de paiement
  • une convention pharmaceutique plus riche avec des accords interprofessionnels…

Toute l’équipe de l’USPO, élus et salariés, vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2016.

Gilles Bonnefond
Président de l’USPO

ACTUALITE

Danger des médicaments sans ordonnance : « Cette étude n’est qu’exagération »

4 décembre 2015

Selon une étude dévoilée jeudi par le magazine 60 Millions de consommateurs, une majorité des médicaments en vente libre les plus utilisés contre le rhume, la grippe, le mal de gorge ou les troubles intestinaux sont inefficaces, voire dangereux dans certains cas. Des résultats qui font bondir Gilles Bonnefond, le président de l’Union des Syndicats de Pharmaciens d’Officine (USPO). Sur les 61 médicaments évalués par 60 Millions de consommateurs, seuls 13 sont jugés efficaces et sans risque pour le patient, 28 étant « à proscrire » en raison d’un rapport bénéfice-risque défavorable.

Que vous inspire cette étude ? D’abord, je n’aime pas qu’on affole la population en disant que des médicaments sont dangereux. Ils peuvent évidemment l’être s’ils sont mal utilisés, mais sinon ils sont efficaces puisque, par définition, un médicament est une substance active. En fait, je pense que l’automédication est un mot mal employé : il laisse croire que les gens peuvent acheter leurs médicaments dans une espèce de libre-service. Mais quand un patient a besoin d’un conseil parce qu’il a mal à la tête et qu’il va voir son pharmacien, c’est une démarche de parcours de soin. Nous lui donnons un médicament adapté à sa situation, nous l’avertissons sur les risques et les conditions d’utilisation. On est donc avec un professionnel de santé, pas en automédication. Je note d’ailleurs que le magazine qui publie cette enquête faisait il y a un an la promotion des médicaments en grande surface. C’est assez incohérent…

Lire la suite ICI sur Metronews du 03/12/15

ACTUALITE

L’USPO relèvait en 2014 les insuffisances lors de la signature du protocole avec l’UNCAM en 2014

26 novembre 2015

Paris, le 13 Janvier 2014

Objet : Protocole d’accord

Monsieur le Directeur de Cabinet de Madame Touraine,

L’USPO signataire du protocole d’accord du 9 janvier 2014 tient à souligner que sur sa demande des avancées importantes ont été obtenues. Ce protocole comprend trois grands volets qui feront l’objet d’avenants conventionnels distincts comme cela a été accepté en séance de négociation.

• Développement des génériques,

La négociation des missions sur l’accompagnement des patients asthmatiques et des patients sous traitements substitutifs aux opiacés reposition

• Nouvelle rémunération
La proposition envisagée en annexe du protocole nécessite des simulations et sûrement beaucoup d’améliorations.

Le but est de réaliser sans surcoût pour l’assurance maladie une redistribution des marges plus efficiente et moins pénalisante pour les pharmaciens.

Toutes ces modifications ne peuvent s’envisager qu’avec un suivi sur toute la période de la réforme prenant en compte les modifications de remboursement, de prix et de volumes des spécialités pharmaceutiques remboursables.

Le coût de la suppression de la vignette pour les pharmaciens qui est concomitante à l’introduction de l’honoraire de dispensation doit être pris en compte dans l’équilibre final de la négociation.

Un certain nombre de précisions fiscales et juridiques sur la marge des médicaments non présentés au remboursement ainsi que le taux de prise en charge de chaque médicament nécessite un travail approfondi et des réponses satisfaisantes et indispensables pour continuer et aboutir.

La signature du protocole par l’USPO salue les avancées des deux premiers points et note les larges insuffisances du troisième. Aussi nous vous demandons qu’une concertation plus équilibrée entre les signataires du protocole se mette en place pour permettre l’adhésion de toute la profession.

UNCAM accord signe le 09-01-14 directeur cabinet Touraine Macquart

ACTUALITE

Les dangers du passage à 1€ au 1er janvier 2016

24 novembre 2015

 Communiqué du 24/11/15

Les dangers du passage à 1€ au 1er janvier 2016

 L’USPO n’a jamais fait marche arrière, comme en témoigne son courrier du 13 janvier 2014 au Ministère de la Santé et à la CNAM* qui accompagnait la signature du protocole. L’USPO annonçait qu’elle ne signerait pas l’accord sur la rémunération en l’état et demandait de renégocier le volet sur la rémunération.

Nous alertons depuis 2 ans le Ministère sur les difficultés de cette rémunération :

  • aucune protection de la profession contre les baisses de prix, les déremboursements et les baisses de volumes,
  • affichage des prix trop complexe, flou législatif et juridique sur les médicaments délivrés sans prescription, incompréhension des patients, contrôles DGCCRF,
  • déstabilisation de notre économie due à la suppression de la vignette et des baisses de prix massives.

Miser l’avenir de la profession uniquement sur le paracétamol et l’homéopathie serait une erreur irréparable.

 Au 1er janvier 2016, au dos de chaque ordonnance, sur chaque ticket de caisse, nos patients penseront que notre marge a augmenté de 25% (honoraire 2015: 0.82€  vs  honoraire 2016 : 1.02€). Ils ne croiront pas à nos difficultés.

La FSPF n’a prévu aucun filet de sécurité jusqu’à fin 2016 sauf un observatoire qui observe et qui ne peut rien décider.

L’USPO est favorable à l’intégration de l’honoraire de dispensation à la boîte dans le prix public du médicament, afin d’éviter toute confusion avec les patients et les associations de consommateurs.

L’USPO est défavorable à la délivrance à l’unité des antibiotiques qui est une humiliation pour notre profession.

L’USPO est défavorable à la proposition de la FSPF qui consisterait à récupérer le commerce des cigarettes électroniques en échange de la vente ailleurs qu’en pharmacie des  patchs nicotiniques (proposition FSPF le 10 septembre 2014 en plein combat contre le projet de loi Macron : la dépêche du midi 10/09/2014).

L’USPO est favorable à l’honoraire à l’ordonnance dans la convention pharmaceutique et à un contrat de 3 ans sur la marge des pharmaciens pour mettre en œuvre un mode de rémunération adaptée et lisible pour nos entreprises.

 L’USPO est favorable à la construction d’un projet commun avec tous les syndicats, garant d’une défense professionnelle efficace.

*(La lettre envoyée par l’USPO au Ministère est disponible sur le site www.uspo.fr)

ACTUALITE

L’USPO appelle au rassemblement

4 septembre 2015

Un plan médicament de 3.5 milliards d’économies sur 3 ans décidé par le gouvernement en avril 2014 est programmé dans les PLFSS de 2015 à 2017. Il entraine des baisses de prix inégalées depuis le début de l’année.

De nouvelles baisses prévues pour fin 2015 et 2016 vont aggraver la situation de la profession qui ne peut pas supporter tous ces efforts supplémentaires concentrés sur le poste médicament, sans parler du risque de déremboursement de certaines spécialités.

La  baisse de marge de 2.25% sur les 7 premiers mois de l’année 2015 est sans appel. La réforme de la rémunération signée le 21 mai 2014, malgré l’annonce du plan d’économies  du gouvernement, n’est pas la solution et ne donne aucune lisibilité à nos entreprises.

L’USPO  partage et soutient l’exaspération de nos confrères. Plus de 8000 pharmaciens ont déjà écrit au directeur de l’UNCAM pour demander une véritable négociation. Cette mobilisation sans précèdent est un message très clair pour le gouvernement  et montre que les pharmaciens ne sont pas dupes.

On nous avait fait beaucoup espérer avec cette réforme mais  la profession n’a récolté  qu’un « chèque en bois ».

A l’unanimité du conseil d’administration, l’USPO va  contacter les  différents acteurs  pour convenir très rapidement d’une réunion nationale et dégager ensemble un plan d’action d’envergure  à la hauteur des attentes de tous nos confrères.